Vous êtes en pré-ménopause ? Surtout n’allez pas chez votre médecin en tongues !

Il y a quelques jours, j’ai pris le thé avec une amie. Et bien sûr, nous avons parlé de ménopause vu que le sujet la préoccupait pour des raisons diverses et variées. Lors de notre conversation, elle m’a indiqué vouloir changer de médecin. “Pourquoi” lui ai-je dit? Elle m’a répondu “Parce qu’en sortant de son cabinet, j’étais encore plus déprimée, aussi désespérée et aussi ignorante qu’en y entrant.” Son désespoir a de quoi interpeller. A qui la faute ? A sa pré-ménopause ou à son médecin ? Ni l’un, ni l’autre!

Voir son médecin sans préparation vous met dans une position de passivité vis à vis de votre pré-ménopause

En fait, en grattant un peu, il était évident qu’elle était allée voir son médecin en tongues ! C’est-à-dire sans préparation, sans question véritablement ciblée et un peu angoissée face aux changements qu’elle était entrain de vivre. Forcement, cela l’a mise dans une position de passivité et au final a renforcé son angoisse.

Ce qui amène à dire qu’il faut être active, voire pro-active quand on se rend chez son médecin pour aborder la question de la ménopause ou de ses premiers symptômes de ménopause.  Pour cela, il y a quelques petites choses à faire, vous vous en doutez bien !

Comment passer de la passivité à la pro-activité lors de sa première visite ménopause chez le médecin ?

D’abord, il faut appliquer le secret n°1 « S’informer sur la ménopause ». Connaître ce secret vous permettra de ne pas interrompre votre médecin ou d’écarquiller les yeux à chaque fois qu’il utilisera des termes qui appartiennent au vocabulaire de la ménopause, même les plus simples. Votre médecin est obligé d’appeler un chat, un chat. Il n’est pas là non plus pour vous faire un exposé sur la ménopause ou vous faire des schémas : votre médecin n’a tout simplement pas le temps et ira à l’essentiel !

Bien sûr, il vous écoutera attentivement. Bien sûr, il répondra à vos questions. Mais sachez qu’il ne vous gardera pas 1 heure dans son cabinet pour parler de ménopause. Dans le meilleur des cas, la visite médicale durera un quart d’heure à vingt minutes: vous n’êtes pas la seule patiente dans sa salle d’attente !

Aussi, il convient d’optimiser au maximum cette visite pour éviter d’en ressortir frustrée, abattue ou même déprimée.

Appliquez ces cinq commandements

1/ Identifiez vos attentes

Avant même de téléphoner pour prendre rendez-vous, il est important d’identifier ce que vous attendez de cette première visite. La connaissance de vos attentes sera en quelque sorte votre fil conducteur tout au long de votre échange avec votre médecin.

2/ Faites une liste des sujets qui vous préoccupent

Deuxièmement, faites la liste de tous les sujets que vous souhaitez aborder…dans un intervalle de temps qui sied à une visite médicale. Mon conseil : mieux vaut cibler un ou deux sujets plutôt que trois ou cinq. Cela vous permettra d’avoir assez de temps pour les discuter. Si vous avez trop de sujets à aborder, votre médecin n’aura pas d’autres solutions que de les survoler (N’oubliez pas, il y a du monde dans la salle d’attente!) et de vous proposer de revenir le voir dans quelques mois pour voir comment les choses évoluent.

3/ Ayez conscience de vos habitudes de vie

Troisièmement, ayez bien à l’esprit vos habitudes de vie, les bonnes (activité sportive, alimentation, etc) comme les mauvaises, en étant honnête avec vous-même! Si vous buvez l’apéro régulièrement, voire tous les jours, ne dîtes pas ”je bois de temps en temps”. Ou encore si vous fumez, dîtes concrètement quel est le nombre de cigarette fumée par jour ou…de paquets. Si vous avez des problèmes de comportements alimentaires, il faut aussi les signaler…Tout cela nécessite de bien se regarder dans un miroir.

4/ Sachez reconnaître vos symptômes

Quatrièmement, notez vos symptômes et les changements que vous avez constatés au cours des derniers mois. Pour vous aider, n’hésitez pas à relire “Êtes-vous certaine de n’avoir aucun symptôme de la ménopause. Les tableaux vous permettront d’identifier vos symptômes et leur intensité. Ce qui importe, c’est de bien savoir décrire vos symptômes de pré-ménopause.

5/ Recensez les actions effectuées pour réduire les symptômes

N’oubliez pas de lister également ce que vous avez fait pour réduire vos symptômes de pré-ménopause.  Si vos prenez des compléments alimentaires, un traitement à base de plantes ou tout autre chose par auto-médication, il faut dire lesquels et les améliorations ou non améliorations que cela a produit en vous. En principe, si vous voyez votre médecin habituel, il a vos antécédents médicaux  (c’est le dossier patient) et saura porter le regard qui sied à votre situation.

En appliquant ces quelques conseils, vous éviterez d’être comme mon amie en sortant de chez son médecin, c’est-à-dire aussi déprimée, désespérée et aussi ignorante qu’en y entrant.

Quand on va chez son médecin pour une première visite pré-ménopause, il faut éviter d’y aller en tongues ! wlEmoticon-berightback.png

Sereinement votre.

 

Chantou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *