Au feu les pompiers : en ménopause, il n’y a pas de fumée sans feu !

Il y a certaines statistiques qu’on n’aime pas voir tant elles interpellent ! Pourtant, il faut se rendre à l’évidence : ménopause ou pas ménopause, de nombreuses femmes fument et cela ne leur fait pas du bien. Rappelons d’abord rapidement les chiffres de l’INPES :

 

 

  • en France, 34% des femmes se situant dans la tranche d’âge 34-44 ans fument ;
  • en France, 15,5% des femmes se situant dans la tranchent d’âge45-54 ans fument ;
  • en  France, 6% des femmes se situant dans la tranche d’âge 54-74 ans fument.

Bien que les taux baissent de tranche d’âge en tranche d’âge, ils ne sont tout de même franchement pas rassurant quand on connaît les effets de la cigarette sur la santé. Et cela est d’autant plus insupportable quand on s’aperçoit que les industriels du tabac ciblent de plus en plus les jeunes femmes dans leur campagnes marketing. Quelle honte ! Vous n’avez qu’à juger par vous-même en observant bien les photos ci-dessous d’une campagne de pub réalisée par un fabriquant de marque de cigarettes entre 2011 et 2013.

 

Photo n°1 : les as du marketing de la marque montrent qu’une femme au top ou au sommet, c’est forcément une femme qui fume ! Mais pour qui nous prennent-ils ? Nous les femmes, nous n’avons pas besoin de fumer pour nous sentir au top ! Il n’y a qu’à observer la vie des femmes pour comprendre que leur capacité à se mettre en mode multitâches fait d’elles des femmes topissimmmes!

 

menopausezen1

 

Photo n°2 : observez cette deuxième photo ! La femme est présentée ici comme dominatrice. Elle prend le lead et d’une certaine façon s’affirme et s’assume.

menopausezen2

 

Une femme a parfaitement le droit d’être amoureuse,  de prendre le lead, de s’assumer. Mais franchement, je ne vois pas en quoi fumer l’y aide (les têtes bien pensantes du marketing de la marque prennent vraiment les femmes pour  des nunuches : comme si fumer donnait de la  puissance !)

Photo n°3 : Allez, je vous en mets une petite dernière! Fumer rime avec fiesta. Boooo : no comment !

menopausezen3

Je ne sais pas pour vous, mais ces photos m’horripilent parce qu’elles sont dirigées vers une cible de jeunes femmes. L’ennui, c’est que :

  • ces jeunes femmes ne le resteront pas toute leur vie : en fumant, elles préparent l’état de leur santé demain !
  • fumer ne fait pas bon ménage avec le métabolisme de la femme qu’elle soit jeune ou moins jeune !

 OK, vous allez me dire « Mais Chantou, les femmes ont le droit de faire ce qu’elles veulent. Si elles veulent fumer, elles fument. C’est leur décision « . A cela je réponds que c’est aussi une décision d’arrêter de fumer pour son bien-être et sa santé! Donc, voici quelques méthodes qui peuvent aider.

Existe-t-il des méthodes vraiment fiables pour arrêter de fumer ?

Les méthodes pour arrêter de fumer sont nombreuses.

Les méthodes naturelles. Elles incluent l’hypnose,  l’acupuncture, la phytothérapie et l’homéopathie. Parmi ces quatre méthodes, l’hypnose est celle qui donne les meilleurs résultats. Quant à l’acupuncture, la phytothérapie (grâce au kuzu notamment) et l’homéopathie, elles sont surtout utilisées pour diminuer le stress lié au manque de nicotine et faciliter le sevrage à la nicotine en complément d’autres outils de type patch, timbres, pastilles, etc.

Les méthodes de thérapies comportementales et cognitives. L’intérêt de ces méthodes, c’est qu’elles permettent de comprendre et de s’interroger sur ses habitudes, ses comportements et les dimensions émotionnelles qui vous poussent à fumer. On obtient aussi de bons résultats…à condition d’être assidue aux séances de thérapies !

Les méthodes type « outillage ». Dans cette catégorie on peut ranger les patchs, les timbres, les cachets, les pastilles, les inhalateurs. Ces outils sont intéressants à court terme, mais pas à long terme car ils n’évitent souvent pas la récidive.

Les vraies fausses cigarettes : Parmi lesquelles figurent  la cigarette sans tabac. Petit conseil sur cette cigarette « à base de plantes » : fuyez-la ! Ces cigarettes ne contiennent pas de nicotine, mais la fumée dégagée par leur combustion est extrêmement toxique. On sait aussi que les fumeurs utilisant ce type de cigarette, en voulant compenser le manque de nicotine, tirent plus de bouffées sur la cigarette et absorbent plus de goudron.

Vous avez aussi   la très controversée cigarette électronique. Cette cigarette peut être considérée comme une aide pour arrêter  ou réduire la consommation de tabac des fumeurs; mais paradoxalement,  elle  pourrait constituer une porte d’entrée dans le tabagisme et  d’une certaine façon normaliser  la consommation de tabac. A vrai dire, les campagnes de pub sur la cigarette électronique  véhiculent une image si positive de cette cigarette que même en étant non fumeur, on a presque envie d’en acheter une pour faire un truc du genre « je suis stylée ». D’une certaine façon, vapoter une e-cigarette fait «classe», malgré les potentiels risques!

 

menopausezen4

Mes chères amies, connaissez-vous vraiment les effets de la cigarette sur votre santé de femme après  40 ans?

Je ne parle pas des effets communs à l’homme et la femme tels que le cancer des poumons ou de la gorge.  Ni du fait que fumer multiplie le risque d’infertilité et d’accouchement prématuré (pour la femme!).

Je veux surtout parler de la façon dont la consommation de tabac modifie considérablement votre équilibre hormonal et cela est encore plus vrai après 40 ans.

  • Fumer transforme en vieille peau! En d’autres termes et dit avec plus de finesse, fumer accélère le vieillissement cutanée
  • Fumer tout en suivant une contraception à base d’œstrogène multiplie considérablement le risque d’avoir un AVC ou un infarctus. C’est pourquoi si vous fumez, il est souvent déconseillé de prendre la pilule après 40 ans
  • Fumer augmente la pilosité de la peau de la femme
  • Fumer peut créer des dysfonctionnements du cycle menstruel
  • Fumer augmente les risques de ménopause précoce
  • Fumer augmente le risque d’ostéoporose
  • Fumer accentue certains symptômes de la ménopause tels que les bouffées de chaleur, la sécheresse cutanée et les troubles de la mémoire
  • Fumer augmente le risque de cancer de l’utérus et du sein

Si je vous dis cela, ce n’est pas pour vous faire peur, mais pour vous faire prendre encore plus conscience des dangers que vous encourrez si vous fumez et que parallèlement vous êtes en pré ou périménopause ou ménopausée!

Je sais pour avoir dans mon entourage des femmes fumeuses qu’il est difficile d’arrêter surtout que l’arrêt du tabac s’accompagne de quelques réalités . Parmi, ces réalités, il y a la peur de grossir à l’arrêt de la cigarette (en général de 3 à 10 kg qui peuvent être perdus dans l’année qui suit si on prend les choses correctement en main). La consommation de cigarette augmente la dépense énergétique du métabolisme et diminue l’appétit en augmentant la sensation de satiété. Cela est une preuve supplémentaire  de l’impact de la cigarette sur votre métabolisme hormonal : votre métabolisme est modifié artificiellement par la cigarette. Arrêtez de fumer, mangez sain et faites du sport pour éviter la prise de poids.

Vous voulez vraiment diminuer vos symptômes de ménopause et vieillir en santé? Arrêtez de fumer !

Parmi les méthodes résumées plus haut, mes préférences vont à l’hypnose et les thérapies cognitives et comportementales.  Il n’y a rien de mieux pour changer et remettre en questions ses habitudes. Ma propre sœur (qui a fumé des Gitanes avec filtres à raison de plus d’un paquet par jour pendant plus de 40 ans) a arrêté de fumer grâce à ces deux méthodes (je précise qu’avant, elle avait tout essayé!). En arrêtant, elle a vu ses symptômes de ménopause diminuer de manière phénoménale !  Cela fait maintenant presque 3 ans qu’elle revit et qu’elle a augmenté son capital santé, grâce à une décision : arrêter de fumer !

Êtes-vous prête à prendre cette décision ? Surtout ne me dîtes pas « Chantou, j’ai pris cette décision, mais je n’ai pas réussi à tenir sur le long terme ». A cela, ma réponse est sans appel : «si tu as replongé, c’est que ta décision n’était pas une décision, mais une intention. L’intention, c’est bien, décider c’est mieux ! Je t’en prie, prend vraiment la décision d’arrêter de fumer en passant fermement à l’action»

Vous avez fumé et vous avez vaincu votre addiction à la cigarette? Partager vos stratégies en commentaires et dites-nous comment cet arrêt a modifié l’intensité de vos symptômes de ménopause!

Sereinement votre.

 

Chantou

 

2 Responses to Au feu les pompiers : en ménopause, il n’y a pas de fumée sans feu !

  1. Aurelie says:

    Pour ma part, j’ai arrêter de fumer du jour au lendemain. J’en avais marre de continuer à me ruiner la santé et … le portefeuille. Par contre les premiers mois j’ai dû faire quelques sacrifices, parce que je ne supportais pas l’odeur de la cigarette. Quand une personne fumait devant moi, ça me donnait envie de fumer direct!
    Maintenant ça va, je n’ai plus du tout envie de fumer et je me sens beaucoup mieux comme ça 🙂

  2. Chantou says:

    Bonjour Aurélie,

    Arrêter du jour au lendemain demande une grande volonté,et ton témoignage montre que c’est possible! Et mieux investir dans sa santé, que dans un paquet de cigarette dont le prix s’envole d’année en année. Quand on est dans la phase de sevrage le mieux c’est de s’éloigner de ceux qui fument. pas facile mais le jeu en vaut la chandelle pour ne pas replonger!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *