Vos émotions vous malmènent ? Libérez-vous maintenant grâce à l’EFT!

Depuis quelques années, un méthode monte en puissance dans le champs des thérapies brèves et plus globalement du développement personnel. Il s’agit de l’EFT (Emotional Freedom Technique). Bien qu’encore jeune et expérimentale pour certaines situations, l’EFT s’utilise dans presque tous les domaines de la vie, à tous les âges et produit des effets assez remarquables aussi bien au niveau physique que psychique. Mais est-ce que ça marche pour les symptômes de la ménopause ?

Pour le savoir voyons rapidement ce qu’est l’EFT et ensuite, je vous montrerai en quoi cette technique peut littéralement améliorer votre état physique et psychologique dans la phase de transition ménopausique.

EFT:comment ça marche concrètement?

L’EFT est une méthode de thérapie dite méridienne parce qu’elle utilise les mêmes méridiens que l’acupuncture. Disons pour résumer de manière simpliste que l’EFT est une cousine de l’acupuncture qui se pratique sans les aiguilles et avec vos mains.

En tapotant avec vos mains et vos doigts  sur des zones précises du corps,  les tensions  physiques et émotionnelles peuvent être libérées.

Points sensibles en EFT (en rouge)

EFT-Tapping-Points

 

 

Lors des tapotements, il faut se concentrer sur le problème que vous souhaitez résoudre. Bon, dit comme ça, cela semble simple n’est-ce pas? C’est cette simplicité qui pousse les pourfendeurs de la méthode à dire  que l’EFT c’est du grand n’importe quoi et que c’est une vraie fausse thérapie alternative.

Personnellement, je ne vais pas rentrer dans le débat “pour ou contre l’EFT”!  Je préfère choisir une troisième voie en affirmant qu’il faut rester ouvert à tout ce qui peut vous faire du bien et améliorer votre bien être dès lors que ce n’est pas dangereux pour la santé! Donc,  je dis “et pourquoi ne pas essayer puisque ce n’est pas douloureux et ça peut apporter beaucoup!”?

Toujours pas convaincu? Voici ce qu’ils en disent et faites-vous votre propre opinion!

Bon, malgré tout il se peut que vous ne soyez toujours pas convaincu. Cette méthode formalisée dans les années 90 par Gary Graig a commencé à faire l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Celles-ci ont montré que :

  • c’est une méthode qui marche, notamment sur les personnes ayant des troubles psychologiques liés à un passé douloureux ou une enfance douloureuse .
  • l’EFT n’est pas une méthode placebo et augmente de façon significative les émotions positives liées à l’estime de soi, et diminue les émotions toxiques du type colère, anxiété, honte, phobie.

Parallèlement à ces recherches, des personnes très connues pour leurs travaux et ayant expérimentées les bénéfices de l’EFT dans leur pratique rapportent les témoignages en s’exprimant ainsi  :

  • L’EFT permet de formidables guérisons.” (Docteur Deepak Chopra, auteur de nombreux best sellers)
  • “L’EFT est à la pointe des nouvelles techniques de guérison” (Candace Pert, PhD)
  • “J’utilise souvent l’EFT pour mes patients avec d’excellents résultats” (Eric Robins, médecin et co-auteur de  “ vos mains peuvent guérir”)
  • “En supprimant les traumatismes émotionnels, l’EFT aide à guérir les symptômes physiques aussi. » (Norm Shealy, auteur de “La médecine de l’âme”)

l’EFT: c’est bon pour vaincre les symptômes de la ménopause?

Maintenant ya plus ka! Si vous êtes sur ce blog, c’est que vous avez probablement 40, 45 ou 50 ans et depuis quelques temps, quelques mois, quelques années vous vivez en direct les impacts de votre transition hormonale, avec parfois un sentiment d’impuissance. Pire,  les douleurs de votre enfance remontent soudainement à la surface comme la poussée d’Archimède. L’EFT peut être votre solution et  sera particulièrement bénéfique pour atténuer les symptômes suivants:

  • les bouffées de chaleur et sueurs nocturnes
  • la fatigue
  • la baisse de libido
  • les troubles de l’anxiété et la dépression
  • le stress
  • un sentiment de mal être
  • l’insomnie et plus globalement les troubles du sommeil
  • les pulsions alimentaires qui augmentent fortement pendant la transition et plus globalement les troubles du comportement alimentaire

Alors, allez-y! Lancez-vous! C’est une méthode qui s’apprend rapidement et qui est accessible à tous. Elle vous apportera des bienfaits sur votre qualité de vie au-delà de ce que vous pouvez imaginer.

Connaissiez-vous l’EFT? L’avez-vous déjà pratiqué? Votre témoignage sur ce blog nous intéresse.

Sereinement votre

Chantou

15 Responses to Vos émotions vous malmènent ? Libérez-vous maintenant grâce à l’EFT!

  1. nanou says:

    Bonjour,

    C’est vrai ce que vous dites: Les douleurs de notre enfance remontent à la surface, alors qu’on n’y pense pas à 20 ans ou à 30 ans, quelle explication
    à cela? Pouvez vous l’expliquer? La chute hormonale?

  2. Chantou says:

    Bonjour Nanou,

    C’est une très vaste question, mais je vais essayer d’y répondre.
    D’une certaine façon, lorsque la transition vers la ménopause commence on a comme l’impression que les symptômes placent notre vie sous un microscope et de fait on a souvent tendance à pointer du doigt les changements hormonaux et les perturbations qui se produisent dans le corps et la tête de la femme. S’il est vrai que la chute hormonale a une part de responsabilité, on ne peut aller jusqu’à dire que cette variation hormonale provoque à elle-seule les soucis émotionnels et psychologiques comme la dépression, la colère ou la tristesse dont souffrent beaucoup de femme lors de cette transition.

    J’aurai tendance à dire que si cette détresse psychologique existe déjà à l’état latent, il ne fait pas de doute que les perturbations hormonales contribueront à la faire remonter à la surface. Je pense que c’est une combinaison de plusieurs choses qui fait remonter à la surface des choses qu’on pensait bien avoir enterré (son environnement social et familial, l’alimentation, les problèmes « psy » non résolus..).

    Nanou, il y a quelque chose de très intéressant quand vous dîtes « les douleurs de notre enfance remontent à la surface, alors qu’on n’y pense pas à 20 ans ou à 30 ans ».

    Pourquoi on y pense pas à 20 ou 30 ans?

    Tout simplement parce que les femmes, LA FEMME, pendant une bonne partie de sa vie, et avant d’arriver au milieu de sa vie déploie toute son énergie à s’occuper des autres! Elle est tournée vers l’extérieur: vers sa famille, ses enfants, son compagnon, son travail. A la limite, je dirai que le seul moment où elle fait preuve « d’introspection » presque automatiquement c’est lorsque ses règles sont proches (d’ailleurs, un certain nombre de recherche l’a démontré (cf référence en fin de commentaire) ou après un accouchement.
    Cette énergie qu’elle déploie empêche littéralement la femme de « penser » et forcément tout cela remonte tôt ou tard à la surface.

    La transition vers la ménopause (préménopause/périménopause) prépare la femme à un grand changement et d’une certaine façon, cette période ressemble un peu à l’adolescence. L’adolescence détache l’enfant de ses parents pour l’amener à être autonome avec tout ce que cela peut comporter de conflits intérieurs. La transition ménopausique détache la femme de l’extérieur pour l’amener vers l’intérieur et pour l’amener à être ce qu’elle doit être et ce qu’elle VEUT devenir. Cela peut être douloureux pour elle car ce qui n’a pas été résolu à l’adolescence revient. D’une certaine façon, la ménopause invite la femme à terminer le travail non fait à l’adolescence mais en toute conscience et avec sagesse. Vous pouvez devenir ce que vous voulez être.

    Alors on peut toujours prendre des hormones ou des médicaments pour calmer tout ça…Mais le problème ne sera malheureusement pas résolu car comme dit le proverbe « si tu ne regardes pas en face ta douleur et si tu ne t’occupes pas de ta douleur; ne t’inquiètes pas, elle, elle te regarde et s’occupera de toi ».

    La ménopause invite à se regarder et à faire preuve de bienveillance vis à vis de soi.

    Sereinement votre

    Chantou

    cf référence « Correlation between ovarian activity and psychodynamic processes: the ovulatory phase (de B. Rubenstein)

  3. Nanou says:

    Bonjour,

    C’est vrai que le résumé se tient fort bien, vous avez assez bien condensé .
    Mais quand même, pourquoi ne sommes nous toutes pas logées à la même enseigne,
    certaines femmes vivent de belles ménopauses sans aucun trouble émotionnel,
    et on a toutes ( ou presque ) des choses non digérées de notre enfance…

    Il y a quand même, et je pense certaines femmes plus sensibles que d’autres à ce déséquilibre hormonal ( chaos au niveau des neurotransmetteurs)qui fait de ce passage obligé quelque chose de douloureux.
    Je reconnais que depuis que je prends un traitement ( je n’en pouvais plus )
    les choses se passent mieux pour moi, et je fais mieux face.
    Ma tristesse et mes idées sombres ont bien disparues….
    Evidemment chaque cas est différent, et chaque femme fait avec ses propres moyens.
    Comme mon enfance vu extrêmement  » douloureuse  » je veux que la deuxième
    partie de ma vie me soit plus légère…
    Bonne journée

  4. renata says:

    Merci Chantou pour cet articles et les explications. ce n’est pas que je suis scpetique, il faut juste qu’un jour j’essaie. j’ai plusieures personne qui m’on dit que c’est super. Même David Servain Shreiber l’a écrit dans son livre de l’anti-cancer…
    merci pour ce rappel!
    A bientôt
    Renata

    • Chantou says:

      Bonjour Renata et merci pour ce retour d’expérience. Oui,tu devrais essayer car tu n’as vraiment rien à perdre et cela ne peut que te faire du bien!…Et comme on dit souvent « il n’y a pas de mal à se faire du bien »;-)

  5. godeneche says:

    Bonjour, et bien moi voilà 8 ans que je subis les désagréments de la ménopause, bouffées de chaleur jour et nuit, tristesse, mauvaise humeur,douleurs articulaires et j’en passe … Je veux bien essayer la méthode, mais quelles phrases faut-il dire ? je commence, et puis je m’embrouille, les mots ne suivent pas. Merci.

  6. Chantou says:

    Bonjour Godeneche,
    Il est très difficile de répondre à votre question car à chaque phrase il faut adjoindre les gestes sur les points EFT spécifiques. En revanche,je peux déjà vous conseiller deux choses:
    -1- Les phrases que vous devez dire sont toujours positives et bienveillantes vis à vis de vous même
    -2- Faîtes une initiation à l’EFT car bien que l’EFT peut être pratiqué par tout le monde,il faut tout de même en connaître les règles et protocoles. Par ailleurs, le fait de vous former vous permettra de tester les gestes et les mots en direct avec votre formateur. La formation est vraiment quelque chose d’important pour éviter de faire des erreurs ou de faire des choses qui ne produiront aucun effet.

    Enfin,juste pour vous rassurer ,c’est un peu normal qu’on s’embrouille au début,mais avec l’habitude après tout coulera de source(les mots et les gestes!)

    Sereinement votre

    Chantou

  7. veroniqua says:

    Bonsoir

    Votre blog est instructif, et pleins de bonnes intentions, mais….
    La ménopause est vécue tellement différemment et douloureusement chez certaines,
    que souvent les trucs simples ne suffisent plus.
    Pas une fois vous n’évoquez le traitement de la ménopause?
    Je suppose que vous êtes contre, comme beaucoup.
    La ménopause bien que étape incontournable et normale, est avant tout une histoire d’hormones,diriez vous à une femme qui souffre d’hypothyroidie que les plantes, un bon sommeil et être zen vont suffire à sa qualité de vie?
    Toutes ces bonnes méthodes ( quoique importantes ) ne vont pas suffire pour que certaines femmes s’en sortent sans trop de dégats.
    Alors  » OUI  » le traitement par hormones est presque inévitable et essentielle pour le bien être, et même si il n’empêche pas le vieillissement
    il reste le meilleur traitement pour  » bien  » vieillir. Avec hygiène de vie,
    alimentaire et activité physique.
    Dommage que vous occultiez ce point très important.
    cordialement.
    Un gynécologue  » pour  » les hormones.

    • Chantou says:

      Chère Véroniqua,

      Merci beaucoup pour votre commentaire d’autant plus intéressant puisqu’il provient d’un gynécologue.

      Croyez-moi,je ne nie pas la douleur provoquée par la ménopause et pour vous dire la vérité c’est une des raisons qui a été au cœur de ma réflexion lors de la création de ce blog.

      Je partage avec vous le fait que chaque ménopause est unique (nous ne sommes pas faites en série et heureusement:-)! D’ailleurs, je le dis dans quelques uns des articles de ce blog et le vécu est forcement différent parce que:
      – nous n’avons pas le même patrimoine génétique,
      – nous n’avons pas la même histoire de vie, ni les mêmes conditions de vie
      – nous n’avons pas les mêmes perceptions sur cette période de la vie

      Concernant le traitement de la ménopause, je ne dis nullement que je suis contre; je dis simplement qu’il faut au maximum tenter toutes les solutions naturelles.

      Maintenant, pour rebondir sur votre propos la question fondamentale qu’il convient de poser est : pourquoi tant de femmes s’opposent-elles au traitement de la ménopause malgré des études qui démontrent que les traitements (enfin je veux dire certains traitements hormonaux) sont sans risques sous certaines conditions de dosage, de durée, etc? Comment se fait-il qu’une femme a des sons de cloche diamétralement opposés sur le type de THM à prendre d’un médecin à un autre (j’ai eu beaucoup de témoignages en ce sens avant la création du blog)?
      Cela met (nous met) mal à l’aise et entraine une certaine confusion voire de la méfiance, non pas vis à vis des médecins qui au demeurant font bien leur travail, mais des traitements…

      Prendre ou ne pas prendre un THM, c’est une vraie question au point que j’en ai fait un article sur ce blog. Vous verrez après la lecture de l’article que je ne déconseille pas de ne pas prendre de THM mais j’invite les femmes à prendre le temps de se poser pour se décider en accord avec leur médecin traitant. Après, chaque femme procède selon le degré de « supportabilité » de ses symptômes.

      Vous avez raison : je ne parle pas de traitement de la ménopause car tout simplement je ne suis pas médecin, et parce que nous sommes en France et que les allégations thérapeutiques au sens de la loi sont punies par cette même loi: je reste à ma place et c’est bien ainsi!
      En revanche, je suis une femme qui veut prendre en charge naturellement son entrée en ménopause, qui ne veut pas la subir et qui veut bien vivre sa transition du milieu de vie dans tous les sens du terme.

      Aussi, ce blog va également aborder d’autres aspects de la transition du milieu de vie des femmes qui est loin de se limiter à la ménopause (bah, nous ne sommes pas uniquement résumées à nos hormones fort heureusement!). Ce blog invite les femmes à célébrer leur entrée en ménopause, à entrer dans cette phase de leur vie avec sérénité, à s’aimer malgré un corps qui se transforme, à consolider son couple, à faire des projets…

      Ceci dit, je serai très heureuse de pouvoir vous interviewer en tant que médecin gynécologue sur les traitements hormonaux: les lectrices dont la ménopause est un enfer seront probablement très intéressées.

      Seriez-vous partante pour une interview à paraître sur ma chaîne youtube?

      Bien sereinement

      Chantou

  8. veroniqua says:

    Essentiel ( pardon pour la faute )

  9. veroniqua says:

    Bonjour,

    Pour vous répondre: Pourquoi tant de femmes s’opposent au traitement de la ménopause, la réponse est simple et ne tient q’en un seul mot  » Cancer « !
    Avec ou sans ths le risque est le même.

    L’étude Américaine WHI pour la nommer en 2002, continue de faire peur..
    Or il faut replacer les choses dans un contexte normal .

    1° les femmes participant à cette étude étaient en moyenne âgées de 60 ans.

    2° la plupart présentaient divers stades de l’obésité

    3° les hormones employées étaient équines, et prises par voie orale.

    Ce n’est pas comparable aux hormones que nous utilisons et qui sont on ne peut plus sécuritaires.
    montre que avec nos hormones employées( gel transdermique et progestérone micronisée), le risque avoisine les zéro ( je vous laisse chercher sur google)
    Il est bien évident qu’une femme ne présentant pas de risque en terme d’ostéoporose, et ne souffrant d’aucun trouble, ni humeur, ni perte de sommeil,ne gagnera pas grand chose au traitement, mais admettez quand même qu’elle sont rares ces femmes qui veulent  » célébrer la ménopause  » comme vous dites, elles sont minoritaires celles pour qui rien n’a changé.

    Et même avec le sport, l’alimentation, et un moindre stress, les dégâts s’opèrent en silence sur les os et les maladies cardios -vasculaires 5 ans voir 10 ans après la ménopause.
    Je ne m’obstine jamais quand une cliente refuse le traitement.
    Je lui expose les bénéfices avec ces hormones là.

    Je lui laisse le choix, mais je le trouve presque obligatoire pour la femme
    qui ne dort plus, celle qui a continuellement des Bouffées, celles qui dépriment, celles qui ont une libido en berne, et quand elles reviennent me voir 3 mois après, elles me disent qu’elles n’en reviennent pas.
    Notre ménopause n’a rien a voir avec celles de nos grands mères, à l’heure actuelle une femme travaille encore, a encore des enfants à la maison, et des obligations, quand l’humeur se dégrade, que vous êtes dégoulinantes de sueur
    en pleine réunion et que vous affichez 4 heures de sommeil par nuit, cette ménopause là n’est pas vivable.
    J »ai 62 ans et je le prends depuis 12 ans, si il y avait le moindre risque
    je ne le prendrai pas.
    Que au moins chaque femme soit bien informée et que l’on arrête de leur faire peur, le ths ne donne pas le cancer et ne l’augmente pas, si l’on doit en développer un on le fera avec ou sans traitement.
    La psychose des hormones a bien fonctionné, une peu comme celle qui s’installe
    en France avec Ebola.
    Quand le mal est fait…..

  10. benj says:

    merci Chantou,
    merci Veroniqua pour ces explications, mais …
    j’ai l’expérience que les femmes peuvent se passer de traitement ;
    le problème est que les femmes vivent « à fond » sans s’occuper d’elles-mêmes : enfants, travail, mari/compagnon,amis,… et un jour quelque chose change … le corps dysfonctionne ;
    et là , la femme commence à se regarder et s’aperçoit qu’elle n’a plus « 20 ans »; et c’est souvent la panique : prise de conscience du vieillissement, avec son lot d’émotions qui surgissent .
    Energétiquement, la colère/culpabilité entraîne le feu du foie , les reins sont fatigués par la peur, le coeur « chauffe » car on ne s’aime plus,… cela est responsable en partie des bouffées de chaleur ; elles sont une réponse du corps ;
    mes regrets : – que les femmes ne s’occupent pas d’elles avant, tout le long de la vie, pas seulement en panique .
    – que les femmes écoutent et lisent trop les médias qui ont pour seul objectif de leur vendre … une crème miracle ..
    le miracle est en chacune, dans la conscience de notre corps
    sourire
    benj.

    • Chantou says:

      Chère Benj,
      J’adore quand vous écrivez PARCE QUE…:

      « le problème est que les femmes vivent « à fond » sans s’occuper d’elles-mêmes : enfants, travail, mari/compagnon,amis,… et un jour quelque chose change … le corps dysfonctionne ; et là , la femme commence à se regarder et s’aperçoit qu’elle n’a plus « 20 ans »; et c’est souvent la panique : prise de conscience du vieillissement, avec son lot d’émotions qui surgissent »

      …C’EST TOTALEMENT VRAI!…Et c’est tout le sens même de ce blog.Tout ce qui se produit pendant la phase de transition est un vrai défi pour nous les femmes et l’entourage qui peut en être impacté! Oui, les femmes doivent s’occuper d’elles et pour éviter la panique à bord, il faut qu’elle comprenne tous les enjeux de cette transition pour elle-même…

      Merci de m’avoir rajouter à votre site, je vais jeter un œil sur votre site de ce pas!:-)

      Amitié

      Chantou

  11. nanou says:

    J’aime beaucoup: Les femmes peuvent se passer de traitements, certaines oui..
    mais pas toutes, ou alors c’est réduire l’être humain que de penser que toutes les femmes peuvent se passer de ce coup de pouce.
    Mais dès fois, cela ne suffit pas d’attendre que les choses s’arrangent d’elles mêmes, on a des traitements qui aident à passer le cap, et cette gynéco a bien raison, pourquoi s’en priver quand rien ne va.
    Rien n’est tout blanc, ni tout noir.

  12. Je trouve l’angle de cet article sur l’EFT très pertinent, Chantou.

    Je me suis moi-même formé à cette méthode afin de l’intégrer à ma pratique de Conseiller Conjugal & Familial :
    http://anthonypaspaconseillerconjugalperpignan.webmaster66.fr/se-liberer-de-nos-souffrances-emotionnelles.html
    et l’utilise personnellement au quotidien.

    Pour reprendre ta réponse du 22 octobre 2014 à Godeneche, je dédramatiserais au contraire le fait qu’il y ait des points spécifiques et des phrases adaptées.
    Le concept de la « ronde » sur une variété de points permet au contraire de s’affranchir de cette crainte.
    Comme tu le dis, l’essentiel est que les « petites phrases » soient toujours bienveillantes envers soi-même mais on peut très bien n’en utiliser qu’une seule tout au long de la séquence.

    D’accord aussi avec le fait qu’une initiation semble important pour acquérir les bases et poser les questions naturelles de tout débutant à quelqu’un d’expérimenté. Ensuite, la pratique fait qu’on prend confiance et apprend à suivre son instinct : certaines phrases ou formulations peuvent nous « venir subitement » au cours d’une ronde, il faut alors pouvoir les accueillir et les utiliser sans crainte. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *